Le Clin d'Oeil de Sophie

Un trait d’union plein d’espoirs

Je me souviens avoir eu les larmes aux yeux, il y a une dizaine d’années, devant un reportage sur une maison de retraite d’un genre nouveau car associée à une crèche.

Quoi de plus merveilleux que de voir un petit enfant et une vieille dame ou un vieux monsieur vivre un moment de complicité autour d’un dessin, d’une poterie ou tout simplement d’un jeu ?

Quel transfert incroyable de richesses entre ces deux êtres, aux extrémités de la vie et qui ont pourtant tant de choses à s’apporter : l’expérience et la disponibilité pour l’un, la gaité et l’insouciance pour l’autre …

Depuis quelques années, on assiste en France à l’éclosion de ce type de maisons de retraite. Il en existe aujourd’hui une vingtaine. Ceci est pour moi un vrai message d’espoir.

L’espoir que le fossé entre les générations diminue. L’espoir que la solitude physique et affective de beaucoup de personnes âgées puisse se transformer en moments de partage avec des petits qui ne demandent qu’attention et disponibilité.

L’espoir que ces femmes et ces hommes qui ont eu souvent des vies si riches puissent à nouveau se sentir utiles et par là-même vivants !

L’espoir que les nouvelles générations acquièrent le respect de l’autre et en particulier de « l’ancien ».

Le Clin d'Oeil de Sophie

Être connecté sans se déconnecter …

Jamais il n’a été aussi facile de rentrer ou rester en contact avec ses connaissances ou ses amis, à tout moment, où que l’on soit et où qu’ils soient. On peut instantanément tout partager : Ses humeurs, ses avis, ses coups de cœurs, ses pensées, ses photos … Quelle liberté ! Quelle formidable opportunité pour toujours rester en connexion avec l’Autre !

Et pourtant, paradoxalement, jamais l’isolement de l’individu ne s’est fait à mon sens autant sentir.

Prenez un dîner en tête à tête au restaurant. Qui n’a pas été tenté de partager sur facebook un commentaire sur l’endroit où il se trouve, un descriptif du menu qu’il a choisi, une photo de son assiette … Evidemment, on reçoit en direct des notifications sur ce que l’on a posté. Notifications que l’on ne peut résister à consulter parce qu’elles nous donnent le sentiment d’être important, d’être écouté… … peut-être aussi d’être aimé. Mais pendant tout ce temps passé à communiquer avec les autres, on en oublie de communiquer avec l’Autre, celui qui est là, bien en face de vous …

Prenez un voyage en train. Qui n’a pas commencé à discuter avec son voisin ou sa voisine, de tout, de rien …  Aujourd’hui lorsque vous vous installez dans un compartiment, vous ne pouvez plus avoir l’écoute de la moindre oreille car elle systématiquement, ou presque, recouverte d’un casque et vous ne pouvez plus capter le moindre regard car celui-ci est rivé sur un smartphone sur lequel les doigts s’agitent fébrilement. Le compartiment est plein … …mais d’absents.

Alors oui, soyons connectés ! Mais sans se déconnecter de ceux qui sont bien là, juste en face de soi ….

 

Le Clin d'Oeil de Sophie

Vous avez dit 50 ?

Un beau matin, cachés parmi le courrier habituel, vous trouvez une lettre de la sécurité sociale vous incitant à effectuer un dépistage du cancer colorectal et une lettre des assurances obsèques. L’espace d’une seconde vous vous dites que c’est une erreur…  Mais non ! C’est bien votre nom en haut du courrier … Vous venez d’avoir 50 ans et vous êtes entrée, sans le savoir, dans la base de données des séniors.

Renseigner sa date de naissance sur internet est très courant et bien anodin et pourtant ! Chaque fois que vous faites défiler le menu déroulant, vous vous rendez compte que votre année de naissance est vraiment, vraiment, très loin …

Depuis quelque temps, votre corps a lui aussi décidé de vous faire quelques remarques désobligeantes. Prenez vos yeux par exemple. Vous ne portiez pas de lunettes ? Et bien dorénavant, vous faites inexorablement partie du club de ceux qui en portent et qui passent leur temps à les chercher, même si elles sont sagement posées sur leur tête, dès qu’on leur montre inopinément une photo ou un texte à lire !

Ne parlons pas du maquillage qui devient juste la quadrature du cercle : sans lunettes vous ne voyez pas ce que vous faites et avec vos lunettes, évidemment, vous ne pouvez pas vous maquiller … Vive les miroirs grossissants qui, certes, vous facilitent le maquillage mais qui, sournoisement et méchamment, vous font ressortir toutes ces petites rides dont vous ignoriez jusque-là l’existence !

Et bien malgré tout cela, au fond de vous, vous ne vous êtes jamais sentie aussi bien : vous avez acquis une maturité reposante dans votre activité professionnelle ; vos enfants, même s’ils sont des Tanguy, commencent à voler de leurs propres ailes et vous vous sentez maître de votre vie et de vos envies …

Et cela, c’est la réalité, votre réalité, la seule qui compte vraiment. C’est cette réalité que vous devez protéger coûte que coûte de tous ces petits troubles fête extérieurs !

Vous avez 50 ans ?

Comme le disait Picasso « On met longtemps à devenir jeune » …